Le paradoxe des jumeaux de Langevin expliqué Par Etienne Klein

[Temps] [Relativité] [Langevin] [Temps propre]

   Etienne Klein aborde dans cet extrait la notion de temps propre à travers l’exemple du paradoxe des jumeaux de Langevin.

A retenir : Il existe autant de temps propres qu’il y a d’observateurs.

Extrait de la conférence Peut-on voyager dans le temps ? 
14 octobre 2008, Espace des sciences de Rennes

   Les Mardis de l’Espace des sciences avec Etienne Klein, Physicien au Commissariat à l’énergie atomique, Professeur à l’École centrale, docteur en philosophie des sciences. La possibilité de voyager dans le temps est régulièrement évoquée par les magazines scientifiques, parfois même par les scientifiques eux-mêmes, et est le sujet de nombreux romans de science-fiction. Nous discuterons d’abord du sens qu’on peut donner à l’expression « voyager dans le temps », puis nous expliciterons ce que la physique contemporaine dit à ce propos. Étienne Klein est physicien, professeur à l’École centrale à Paris et directeur du laboratoire de recherche au Commissariat à l’énergie atomique (CEA). Il est aussi philosophe des sciences, charismatique, et habitué des médias.

Pour aller plus loin :

Paradoxe des jumeaux

Science étonnante

Temps propre

Etienne klein

Site internet d’Etienne Klein

2 réponses sur “Le paradoxe des jumeaux de Langevin expliqué Par Etienne Klein”

  1. Bonjour
    Je voudrais attirer votre attention sur le point suivant : la notion de jeunesse et de vieillesse. Dans cette expérience de pensée, il est dit, que le jumeau qui a quitté la Terre est, à son retour, plus jeune que son frère. C’est exact sur le plan temporel mais son corps aura prématurément bien plus vieilli que celui de son frère resté sur Terre. Nous n’affrontons pas impunément les contraintes d’un temps propre ralenti. Les dégradations physiologiques des occupant de l’ISS, en apportent la preuve.
    Je voudrais aussi dire que la géométrie des référentiels doit être prise en compte. Ce n’est pas seulement un espace limité par les grilles orthonormées que l’on voit souvent représentées dans un cube, mais par des grilles enroulées et entraînées par la masse des corps célestes (planètes, étoiles, galaxies, trous noirs, amas de galaxies…). Ceci dans le cadre de l’Univers. Nous avons les mêmes configurations à l’échelle subatomique.
    Pour ce qui est du vieillissement des astronautes, je me fie aux études faites à ce sujet sur l’état de santé des occupant de l’ISS dont la vitesse n’est (heureusement) égale qu’à 0,000025 fois celle de la vitesse de la lumière, mais malheureusement dans le mauvais sens de rotation (Ouest->Est). Alors oui, il y a l’état d’apesanteur qui joue mais pas seulement. Quand vous êtes dans l’ISS vous faite corps avec celui-ci au même titre que les boulons et les tôles qui le compose. Sur mon site*, je donne les résultats d’une étude sur ce sujet : La densité des minéraux dans les os baisse (20% de perte osseuse en 6 mois). Les artères vieillissent (de 20 à 30 ans en 6 mois ! …). Malgré les exercices physiques imposés, les muscles s’atrophient. Les proportions de graisse augmentent et le système immunitaire se dérègle.
    Si cela vous intéresse voici le site : http://www.universstrobofractal.fr

    1. Bonjour à toi.
      Je te remercie d’avoir pris de ton temps pour commenter cet extrait : merci à toi.
      Dans une autre conférence, Etienne Klein précise que cette expérience de pensée a une terrible faille : la fusée fait un aller-retour.. Et ça fait une très grosse différence.
      Je n’ai découvert cela qu’après avoir fait cet article : il va falloir que je le mette à jour et explique davantage.
      Je regarderai ton lien avec attention : merci à toi.
      Je ne met pas encore beaucoup de mon temps sur ce blog mais des commentaires comme le tien me motivent !
      Cordialement,
      Max.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *